TPE (Très petites entreprises) et PME (Petites et moyennes entreprises) sont différentes l’une de l’autre sur certains points, entre autres, le nombre de salariés et le chiffre d’affaires. Toutefois, ils jouent un rôle non négligeable sur le progrès de l’économie en général. Voyons les différences entre TPE et PME.

Très petite entreprise : définition

Une TPE est une Très petite entreprise qui est composée de jusqu’à 9 employés, et qui génère un chiffre d’affaires de moins de 2 millions d’euros. Elle est accessible à tous ceux qui veulent se lancer dans le domaine de l’entrepreneuriat. À noter que 96 % des entreprises françaises sont des TPE. Celles-ci se focalisent généralement sur l’économie locale. Elles s’adressent au marché de proximité et occupent 20 % du total des salariés à temps plein.

La plupart des TPE sont individuelles et ne disposent d’aucun salarié. Dans tous les cas, investir dans ce type d’entreprise permet de profiter d’un important allègement fiscal. Les formalités de création sont même très simples.

Occupant plus de 2,4 millions de salariés en France, les TPE couvrent différents secteurs d’activités économiques et sociaux. Elles font donc partie des principaux facteurs du progrès de l’économie en général. Les secteurs principaux concernés par les TPE sont le commerce, les services aux entreprises, l’action sociale, la santé et l’enseignement. Les prestations proposées sont seulement destinées à répondre aux besoins locaux.

Qu’est-ce qu’une petite et moyenne entreprise ?

Une PME ou Petite et moyenne entreprise comprend 250 salariés, au maximum. Quant au chiffre d’affaires, celui-ci est inférieur ou égal à 50 millions d’euros par an.

Ce type d’entreprise compte environ 49 % des salariés en France. Ce qui fait des PME un véritable nid d’emplois. Cependant, les entrepreneurs travaillant dans ce domaine ont du mal à trouver des employés motivés et qualifiés. Ces derniers s’intéressent plutôt à travailler pour de grandes entreprises qui leur accordent plus de sécurité financière, sociale, professionnelle, etc.

Il faut pourtant savoir que les PME bénéficient d’aides de la part de l’État. Les subventions obtenues permettent d’étendre progressivement le champ d’activité pour réaliser des défis plus importants.

Taille, innovation, zones d’intervention 

Comme leur nom l’indique, les Petites et moyennes entreprises ont une taille plus grande que les Très petites entreprises. Cette différence se vérifie d’abord au niveau du nombre d’employés. Cela implique sur les obligations auxquelles les entrepreneurs doivent se soumettre. Les démarches de création des TPE sont, par exemple, plus simples par rapport à celles des PME.

En outre, les entrepreneurs travaillant dans les PME doivent faire face à une concurrence de plus grande importance par rapport à ceux qui investissent dans les TPE. Ils ont, par exemple, à être plus créatifs, car la plupart des petites et moyennes entreprises deviennent de plus en plus compétitives dans le domaine de l’innovation.

Enfin, les zones d’intervention sont différentes. Les TPE ne font que répondre à des besoins locaux alors que les PME visent à occuper une échelle plus large, et ce, régionale ou nationale.